Epoque Victorienne,  Illustration,  Illustration & Article,  Livre,  Livre jeunesse

Miss Charity

Miss Charity : la force de la création!

Bonjour à tous ami(e)s lecteurs et lectrices,

Je suis ravie de vous retrouver pour vous parler de mon dernier livre préféré, celui qui a détrôné tous les autres! Je l’ai tellement aimé que je l’ai lu deux fois d’affilée ! (C’est la première fois que cela m’arrive).

Il s’agit de Miss Charity de Marie Aude Murail. Ce livre est directement inspiré de la vie de Beatrix Potter, la première femme anglaise auteure et illustratrice du 19ème, au destin extra-ordinaire, moins connue en France que dans les pays anglo-saxons. Ses livres comme Pierre Lapin ont fasciné des générations d’enfants et continuent à se vendre par milliers de nos jours. En humanisant les animaux et en les mettant en scène, elle est devenue une référence dans la littérature jeunesse.

C’est un modèle de création, de liberté et de courage. Elle est pour moi une source d’inspiration, elle a réussi à surmonter sa timidité pour défendre ses oeuvres. 

Je vais donc laisser place au résumé de notre petite Miss Charity en espérant vous la faire aimer à votre tour.

Mme Petitpas

L’adorable Miss Charity.

Résumé des premiers chapitres de Miss Charity.

Miss Charity née Tidler est une petite fille de la bourgeoisie anglaise du 19ème siècle. Ignorée par ses parents et vivant avec le spectre des ses 2 soeurs ainées décédées avant sa naissance ; Charity est d’une extrême solitude. Elle vit à l’écart dans la maison familiale, reléguée au troisième étage. Elle a pour seule compagnie, une bonne, Tabitha, victime de crises de démence qui effraie la petite fille âgée de 5 ans. Cependant, Charity est attachée à sa bonne et la protège en taisant ses excès d’humeur.

Pourtant, un jour semblable aux autres, Charity découvre dans le salon une petite souris apeurée.

Que va faire Miss Charity?

Elle l’a récupère et la met en sécurité dans sa nursery où personne ne monte jamais. Mme Petitpas, comme elle l’a nomme va devenir son amie. Et bien plus encore, car c’est grâce à cette rencontre que Charity va vouer une adoration pour les animaux qu’elle recueille, cache et protège : hérisson, salamandre, renard et lapin forment son arche de Noé. C’est en regardant ses nouveaux amis qu’elle développe un grand sens de l’observation, de ce fait, elle consigne tout dans son carnet « de notes scientifiques » qu’elle transporte toujours avec elle. Mais l’arrivée de sa nouvelle gouvernante Blanche Legros fait prendre à Charity un tournant décisif dans sa vie. En effet, cette dernière lui apprend l’aquarelle. Miss Cherry -comme Mlle Blanche l’a surnomme- fait preuve d’un immense talent, elle peint ses animaux qui la sauvent de sa solitude. Elle adore aussi la mycologie et peint toutes sortes de champignons qu’elle étudie à l’aide d’un microscope.

La petite Charity ne va pas à l’école, elle n’a aucun contact avec les autres enfants.

Peu sociable et solitaire, elle rencontre des difficulté à se lier avec ses cousines Lydia et Ann, qu’elle retrouve pendant les vacances d’été. C’est sans compter sur la présence de leur voisin le beau Kenneth Ashley…

Je m’arrête volontairement car ce livre commence quand Charity à 5 ans et se termine à ses 40 ans.

Je ne veux pas gâcher cette magnifique biographie romancée.

Ella devant la maison de Beatrix Potter Hill Top avec Mme Petitpas et Peter Lapin.

Qui est Miss Charity?

On ne peut que s’attacher à cette petite fille. Tant pour son humour, que pour sa sensibilité. Son intelligence (elle apprend par coeur Shakespeare à 5 ans), sa détermination, son indépendance font d’elle une fillette à part. Curieuse et aventurière elle n’hésite pas à explorer seule ce qui se trouve autour d’elle. Même si son comportement est jugé « inconvenable » pour un enfant de son âge appartement à la bourgeoisie anglaise de l’époque victorienne, Charity se moque complètement de ce que l’on pense d’elle. Elle accepte d’être hors norme et le confirmera plusieurs fois à l’âge adulte.

Grâce à sa découverte de Mme Petitpas (sa souris) et à son talent pour l’aquarelle elle va se créer un monde à elle, et, très occupée, elle ne souffre plus du désintérêt de ses parents. Elle a son propre univers dans lequel elle se sent exister. 

Comme je l’ai écris dans le résumé elle est peu sociable et les retrouvailles avec ses deux cousines sont compliquées. (L’atmosphère des vacances font penser aux petites filles modèles de la Contesse de Ségur.) Cependant, Charity fera des efforts pour améliorer ses relations avec les autres, seulement la compagnie des animaux aura toujours sa préférence.

Miss Charity et Beatrix Potter ne font qu’une et même personne et, encore en 2021, ses livres se vendent par milliers.

Peter Lapin

Miss Charity : une petite fille hors norme à l’époque victorienne.

Je ne voulais pas en dire plus dans mon résumé il serait donc idiot que je dévoile la suite dans ce paragraphe. Mais, il est impossible de ne pas aborder les grands thèmes de ce chef-d’œuvre !

D’abord, la grande solitude de cette petite fille, ignorée par son père et victime d’une mère jalouse au point de l’empêcher d’avoir ses propres distractions. Heureusement que Charity, en petite fille maligne, et pleine de ressources, trouve toujours des solutions pour mener à bien ses activités personnelles. Il faut dire que dans la bourgeoisie londonienne du XIXe siècle, une femme doit absolument trouver un mari avant ses 20 ans et surtout ne jamais travailler c’est-à-dire ne pas gagner son propre argent. Mais Miss Tilder Charity, s’en moque et s’offre son indépendance financière en vendant à l’âge adulte ses livres illustrés sur Peter lapin.

 

Elle aura même le bonheur de s’offrir sa propre maison, dans le Kent, un véritable scandale pour cette époque victorienne! Ajoutons à cela que Charity n’est toujours pas mariée à 35 ans ! Entre elle et ses parents le fossé se creuse davantage, mais Charity s’en nourrit pour développer sa créativité!

Autre thème récurrent dans ce livre : la mort. D’abord celui de ses deux sœurs mortes avant sa naissance dont les fantômes hantent l’esprit de l’enfant, mais la disparition de sa petite souris Madame Petitpas qu’elle avait su apprivoiser, la rendra inconsolable.

Une créativité, qui malgré une santé fragile ne la quittera pas. Au contraire, ses illustrations lui donnent la combativité nécessaire pour taper aux portes des éditeurs. Elle acquiert l’assurance nécessaire pour négocier ses royalties et deviendra une femme d’affaires redoutable!

« Il est plus facile de se dire sans valeur que de se battre pour prouver qu’on en a. » 

Miss Charity ou l’exceptionnelle Beatrix Potter.

Comme je l’ai déjà précisé dans l’introduction Miss Charity est la biographie romancée de Beatrix Potter (née en 1866 à Londres près de Kensington). C’est la première femme auteure illustratrice qui gagne sa vie grâce au succès de ses aquarelles et ses histoires originales. Avec Peter lapin elle fera un triomphe!

À ses débuts, elle ne trouve aucun éditeur qui veut la publier, alors elle décide de s’auto éditer. Et oui, l’auto édition existe déjà fin XIXè.

Les 250 exemplaires déposés à sa librairie locale pour une valeur de 11 £ se vendent très vite. Même Sir Conan Doyle le créateur de Sherlock Holmes en offre un exemplaire à ses enfants.

Forte de ce succès elle écoulera 200 exemplaires supplémentaires et comme un bonheur n’arrive jamais seul, un éditeur le même qui l’avait déjà déboutée s’intéresse à elle, et accepte de publier Peter lapin. Encore 28 000 exemplaires vendus.

En vraie pionnière Beatrix Potter est la première à déposer un copyright (un brevet) pour la poupée à l’effigie de Pierre lapin. Elle se libère du joug parental en s’offrant une sublime maison de campagne, la même maison qui abritait les jours heureux de son enfance pendant ses vacances.

Petites notes perso.

Marie Aude Murail, l’auteure n’en n’ai pas à son coup d’essai. Elle a déjà écrit une biographie sur Charles Dickens et fait partie des auteurs jeunesse de référence.

Elle réussit avec brio à nous plonger dans l’univers de la littérature anglaise du XIXè siècle. Miss Charity est un personnage adorable et hors norme qui retrace parfaitement l’époque dans laquelle elle vit, avec ses contraintes et ses étroitesses d’esprit en particulier en ce qui concerne la condition des femmes.

L’écriture fluide, l’humour, la narration tout en légèreté agrémentée de dialogues vifs tout cela contribue à ne pas se rendre compte des 550 pages du roman (illustré par Philippe Dumas).

Début 2020, le roman a été adapté en BD par Loïc Clément et Anne Montel. Miss Charity et l’Enfance de l’Art tome 1, ne dénature pas du tout le roman original.

J’attends avec impatience le tome 2 qui fera l’objet d’un second post.

 

Un dernier point cinématographique cette fois. La vie de Beatrix Poter a été adaptée au cinéma en 2006 : Miss Potter avec Renée Zellweger et Ewan McGregor.Si vous avez envie de le voir, il est disponible en dvd sur Amazon ou en VO sur Youtube!

J’espère que ce post vous donnera envie de rencontrer Miss Charity et pourquoi pas de lire une biographie sur Beatrix Potter. En ce qui me concerne je me suis régalée!

Bonne lecture à tous !

                      Si ce post vous a plu n’hésitez pas à me laisser un commentaire! 😄

Ps 2 :  Ci-dessous la référence du livre  😉

Livre Miss Charity
Couverture du livre de Marie-Aude Murail Miss Charity

 

Titre : Miss Charity

Auteur : Marie-Aude Murail

Edition : Ecole des Loisirs

Nombre de pages : 550

ISBN : 978-2-211-22319-5

Ça vous dit de suivre les aventures 

d’Ella ou la Magie des livres 

sur instagram? 

Ella ou la magie des livres.

8 commentaires

%d blogueurs aiment cette page :